jeudi 22 février 2007

Perdu une partie de moi-même...

Le texte l'extraction de Lady W, m'a donné le goût de partager cette histoire avec la blogosphère.

Eh oui, je suis allé faire "chop, chop" comme dirait ma douce, Dame Galadriel! Je me suis dit que la maman avait asser souffert avec deux bébés de plus de 8 et 9 lb. Je l'ai entendu le discours "macho" qui est: "Moi, y'a personne qui va aller jouer là!" Pis la maman qui a déchirée, qui a souffert pendent plusieurs heures de travail? Et là je ne parle même pas des 9 mois de changements hormonaux... quoi que ça, les papas en souffrent aussi!

Ce qui aide, c'est que ma maman chérie travail à l'hôpital et qu'elle connais l'infirmière et le médecin qui va décapiter mes pauvres organes génitaux. Donc, je sais qu'elle portera une attention particulière... non, ce n'est pas ce que vous pensez! Une attention concernant la douleur.

Donc, la journée fatidique, j'arrive et je suis asser décontracté. Je ne suis pas nerveux à outrance (ce n'est pas dans ma nature) mais quand-même, j'ai hâte de sortir. Je rencontre l'infirmière et elle est sympatique, ça me rassure. Je n'attends pas et je passe immédiatement. J'avaos hâte de sortir mais c'est tout de même rapide à mon goût. Je m'installe donc sur la table et le médecin arrive... c'est un externe ou un interne... en tout cas, c'est un étudiant qui n'a pas son diplôme, comme c'est répendu dans les hôpitaux du Québec. C'est normal mais quand c'est sur nous qu'ils se pratiquent, c'est fatigants. Bon, il me gèle, il y a une période d'attente, et c'est partis!

Je n'ai pas dis "et je suis partis, mais la table était froide et ça me semblait une raison suffisante pour sacré mon camp. J'étais là, la "poche" à l'air, avec un gars devant moi qui tenait un scalpel dans la main droite... En tout cas, même si ils tentaient de détendre l'atmosphère, je me détendais de moins en moins. Ça ne rassure jamais de savoir que c'est une petite intervention de routine et que ça ne sera pas très long... C'est comme la famoeuse phrase du dentiste... c'est pas toujours vrai que ça ne fera pas mal...

Mais je doit avouer que je n'ai pas eu mal pendent l'intervention. La sensation, c'est comme si quelqu'un tenait mes petites olives et les faisaitpasser entre ses doigts. Ce n'est pas une sensation qui est agréables... en tout cas, pas quand c'est un gars en saro blanc!

Finalement, ça a duré en tout et partout, une quinzaine de minute. Je n'ai presque rien senti. Même deux jours plus tard, au réveil de mon côma, je dsais au médecin que finalement ce n'était pas si pire...

Non sérieusement, il ne fairt que faire une entaille dans la peau du scrotom pour aller chercher le boyau qui fournis le sperme. Il fait comme les gars de l'Hydro lors de la dernière grève et il coupe une partie de ce boyau et pars avec. Une fois chez-moi, j'ai pris des Tylenol pour être certain d'athénuer la douleur lorsque je dégèlerais mais cette douleur ne s'est jamais manifestée. Pour les gars qui me lisent, je n'ai même pas eu la douleur d'un "serrement de gosses"! Je n'ai pas été rough avec pour une semaine. Je traitais mes p'tits oignons... eu je veux dire, je les traitaient aux p'tits oignons... et je marchait comme si j'avais fait du cheval.

Quelques mois plus tard, c'est le rendez-vous pour savoir si mes petits nageurs sont encore asser nombreux pour dire que l'intervention est un succès. alors je me rends à l'hôpital pour ... faire ce que j'ai à faire... Elle me donne un petit pot et j'attends qu'elle m'indique un endroit dédié pour ça... mais non, elle me dit que je peux aller dans les toilettes publique!!! Quand-même, je ne m'attendais pas à une petite salle avec des revues de cul mais au moins à un local... Bon... Bébé de 9 lb, bébé de 9 lb... Je ne veux pas revenir alors j'y vais. Je me trouve une toilette vide et je commence... je me ferme les yeux car les niaseries sur les murs ne sont pas très inspirantes... et finalement, arriva ce qui devais arriver, le gars à côté est en train de ... vous voyez... sentir vraiment fort! C'est pas ma journée, vraiment pas!

Je crois que ce qui m'a sauvé ce sont les 3 mois d'abstinence et le fait que je n'avais as 30 ans! Quelques jours ou semaines plus tards, les résultats sont de retour. Ils me disent qu'il y a un taux trop élevé de spermatozoîdes et que je dois refaire un test...

BEN D'LA MARDE, ÇA VA RESTER D'MÊME!!!
Publier un commentaire