lundi 19 mars 2007

Ma dépendence au chimique

Pour ceux qui me lisaient auparavant, vous avez certainement remarquer que mon énergie n'était pas à son plus haut. Le problème est que je fonctionne à l'essence et ces temps-ci... $$

Non sérieusement, il y a environ un mois, j'ai décider que je devais réduire ma consommation de... enfin.. quelque chose de chimique... parce que ça n'avait plus de bon sens. Mes collègues, surtout vers la fin de la soirée, commençaient à en souffrir.

Ça a commencer banalement, une fois par semaine, parfois deux, pour finir qu'à chaque jour, avant de partir pour le travail j'en consommait. C'était parfois dangereux lorsqu'il y avait beaucoup de circulation parce qu'il était difficile pour moi de me concentrer sur la route.

Ce qui m'a fait réaliser qu'il fallait que je ralentisse ma consommation, c'est la commis chez McDonalds. Un jour, en allant chercher mon chimique duquel j'étais devenu complètement dépendent, elle m'a dit: à demain, là. Mon Dieu, la fille se souviens de moi parce qu'à chaque jour, je viens commander un sundae au caramel avec des peanuts. Je suis accro au sundae McDo!!!

Le premier signe était qu'elle avait remarquée que je n'avais pas toujours la même voiture. Je lui ai expliqué que lorsque Dame Galadriel travail, je suis obligé de prendre la mini-van. Conduire en mettant les peanuts, mélangeant le tout sans en renverser une goutte (je suis devenu expert), c'est pas évident en pleine circulation. Et en plus, lorsque je mange un sundae en me rendant au travail, je produit des flatulences 2 heures avant la fin de mon quart. Je n'ai jamais eu de remarque de mes collègues mais...

Je m'était donc dit que je devais arrêter parce qu'en plus, je ne suis pas capable de perdre les 10 lbs que j'ai pris depuis le temps des fêtes. Alors c'est décidé: fini les sundaes. Mais sans me rendre compte, mon énergie baissait. Je n'avais plus le goût de rien faire mais je me disais que c'était normal, j'avais une semaine de vacance que s'en venait. Mais même cette semaine n'a pas sus me faire le bien espéré.

C'est la semaine dernière, à mon retour au travail, que je me suis acheté un dessert chimique, comme seulement eux savent le faire, que je me suis rendu compte que ça me manquait. Et depuis, j'en ai mangé 4 ou 5 et j'ai envi de faire autre chose que chialer.

Donc je l'avoue: Moi, Ben C, je suis un sundae-olique.
Publier un commentaire