samedi 19 mai 2007

La route... ça se partage?

Je ne sais pas pour vous mais moi je trouve que la plupart des gens, lorsqu'ils sont derrière le volent, baissent de quotient (moi inclus à mes heures). Non mais tu les r'gardes aller et on se demande mais à quoi ils pensent. C'est fou tout ce que certains peuvent faire pour seulement être une voiture de plus en avant. Le fameux syndrome de "tu passera pas mon ostie".

Je sais que nous avons chacun notre corde sensible au volent. Moi, ce sont les gens qui ne savent pas où ils vont. Rien ne m'enrage plus que de suivre une personne qui roule 10 en dessous de la limite et qui fait du social (au cell ou avec un passager). Tasse-toi, laisse les autres passer pis tu fera ton touriste après.

Une autre affaire: ceux qui sont tout seul sur la route. Moi je vis en banlieu et lorsque je vais chercher mes gars le midi pour manger, il y a des tatas qui se stationnent en double, parce que d'autres tatas du 450 ne savent pas se stationner sur la rue et laissent l'espace d'une demie voiture, et piquent une jasette à l'autre voiture qui rencontre dans l'autre sens. Je me met en arrière en espérant qu'ils vont comprendre mais non. Ils continuent! Je fait un petit "put put" pas agressif pour qu'ils bougent et c'est là que commence le "ok, on se rappel, c'est ça, oui, oui, y va tu samedi, oui, moi aussi, ok..." TU VAS TU TE LA FERMER PIS TE TASSER, BORDEL!! C'est dans ces occasions que je perds de mon quotient et que l'envie me prends de l'accoter dans le derrière et de pousser!
Publier un commentaire